lundi 24 septembre 2018

Promenons nous dans les bois !

  On pourrait y faire d'étranges rencontres. Comme des Dryades. Vous me voyez venir si vous êtes un fervent lecteur de ce blog. Voici venu le temps de vous présenter le moyen (relativement) simple  de transformer des figurines 28 en Dryades pour la règle Of Gods and Mortals. Je vous propose plusieurs solutions pour arriver à vos fins.

Voyez le genre ?
Ok, c'est plutôt celui là, le genre que l'on recherche.

  Rassemblons le matos avant de nous lancer dans la confection 28mm de gonzesses, faites de bois et de chair. Il nous faut surtout un pistolet à colle, du buisson et de l'herbe de bonne qualité. Je n'utilise que du Woodland scenics (que l'on trouve facilement maintenant, même Amazon Fr en vend).  Des petits armes d'assez bonne qualité, à l'échelle N (+/- 5 cms de haut) achetés chez un chinois d'Ebay (50 arbres pour une enchère gagnée à 2€49 ! Port gratuit en plus. Maintenant le mec n'en fait plus et vend par lot en achat immédiat. Un peu de colle (dans mon cas, du vernis-colle) à bois. Quelques bout de fil de fer (ou autre chose) pour dresser le squelette des troncs d'arbres.


  Passons au choix des figurines Reaper Bones pour servir de base à notre création. Ici, il faut favoriser les poses mêlant la souplesse, l'ondulation et une certaine grâce afin d'obtenir un effet d'animation qui paraîtra naturel.
  J'ai choisi l'une des rares figurines de la collection à être une vrai Dryade. Ensuite, celles qui s'approchait le plus de mon objectif de fluidité du mouvement : Une spectre et deux naïades/nymphes.







Dryades sur base de figurines Reaper Bones

  Cela marche aussi avec d'autres marques de figurines fantasy. Je signale seulement que le plastic des Reaper Bones permet beaucoup de souplesse dans le travail du plastique. Et surtout, c'est que l'on trouve chez eux de nombreuses poses permettant un bon départ pour obtenir des Dryades émergeant de leur arbre hôte. Dernier argument, j'en avais en stock dans mon tas de figurines. C'est donc une bonne solution pour dégraisser le niveau du stock tout en faisant plaisir à madame.

  Avant toutes choses, Il faut savoir qu'avec les figurines Bones, il est impératif de les nettoyer. Pour ma part, je passe une sous couche pour plastique (pvc, meuble de jardin, etc..) que l'on trouve dans tout bon magasin de bricolage. Ce qui évitera à la peinture de ne pas sécher ou de d'avoir une sensation de"coller" au touché. Une fois que c'est bien sec (dans le quart d'heure), on peut penser à la sous couche. Pour les figurines, je suis toujours au blanc satiné car je travaille essentiellement à l'Enamel (Revell/Humbrol) et à l'huile (mais moins qu'avant).

  La procédure classique est un peu adapté à la spécificité du projet. On va peindre en partie les figurines, mettre le feuillage et revenir à la peinture pour la finition. Je peins donc les couches de bases de la peau puis des dégradés de vert et de marron pour les parties du corps qui touchent au tronc ou aux branches. Ce qui donne un effet de fondu et de communion avec la nature. Et oui, le Ré-Animator est un aussi un poète.

  Une fois les bases de peinture appliquées, je passe à l'habillage de nos amies sylvestres. Pour se faire, nous devons préparer en amont le feuillage. Il sera composé de morceaux de Clump Woodland Scenics, combiné avec des arbres "chinois" refloqués avec de l'herbe Woodland Scenics (du Turf). Ce sont des petits arbres de bonne qualité (échelle N) achetés à vil prix sur Ebay. Passés au vernis colle et plongés dans la boite à herbe, ils ressortent avec le même vert que mon soclage habituel. Les arbres sont coupés par le milieu pour en faire des branches.

  Le feuillage est placé sur les extrémités des branches se trouvant sur la figurine ou sur son socle. Les demi-arbres peuvent ainsi représenter le haut des branches et les morceaux de Clump les feuillages intermédiaire. Le tout est placé à l'aide du pistolet à colle. Ce qui rend le soclage très facile car le séchage immédiat et instantané permet des montages qui seraient fort compliqué (pour tenir) avec de la colle de contact. De plus, le pistolet permet de façonner le tronc, de lui rajouter des bras ou de recouvrir des morceaux de fil de fer pour rajouter du branchage. On peut aussi boucher les imperfections dues au montage successif des branchages les uns sur les autres.

  Après ce montage, les troncs sont repeints si besoin et quelques branches rajoutées après peinture. Ensuite ce n'est qu'une question d'esthétisme pour décorer le socle.
  On obtient ceci :



La dryade presque terminée













Ajouter une légende


La nymphe







La banshee (l'esprit)






L'autre Nymphe.







  Maintenant que vous avez compris l'esprit de ces transformations simples, passons à la version un peu plus technique.


Dryades sur base de figurines Heroclix 

  Oui je sais. Vous allez me dire : "mais qu'est ce qu'il fait avec des Heroclix alors qu'il ne s'est jamais intéressé au jeu en question". Un achat impulsif d'un lot sur ebay (ou le bon coin) pour un projet abandonné. J'en ai déjà revendu une partie mais il m'en reste encore une boîte à chaussure.
  Comme j'ai épuisé mon stock de figurines Reaper Bones, je me suis dis ; Pour un project "chic et pas cher", il faut puiser dans ce que l'on a. Et je me suis rappelé que je possédais des figurines Heroclix. Elles sont idéales pour des Dryades car celles représentant des femmes sont assez fines. D'ailleurs elles ne se mélangent pas trop bien avec des 28mm classique plomb.
  Par contre ici on part de loin, contrairement à l'option précédente. Nous allons tout créer, facilement mais avec méthode.

  Choisissons nos figurines Heroclix. La pose, la taille et le look seront les critères pour recruter des femmes des bois. Notre sélection comprend ; Green Flame, Magma, Fatality et une inconnue.

Magma

Green Flame
L'inconnue à longue crinière

Fatality et son arme
  On a l'équipe ! On peut commencer le travail. On rentre dans la partie technique du projet. Réaliser un tronc d'arbre avec un morceau de fil de fer (du trombone pour grosses liasses dans mon cas) et quelques fils électriques dénudées pour les branches enroulées autour des troncs. Le tout est ensuite enduit de colle chaude avec le pistolet à colle. On passe des bandes de colle le long des troncs afin de donner un effet bois. Au pire, une fois la colle sèche, vous recouvrirez l'ensemble de votre matière préférée (pour moi du mouchoir papier avec du vernis-colle) afin d'accentuer l'effet bois et de faciliter l'adhérence de la peinture.


Green Flame et Magma
  Pour ces deux là, c'est assez simple. Elles sont placées le long du tronc et fondues dans la masse avec le pistolet à colle. Ni vu, ni connu. Un pied peut être ainsi noyé dans le tronc sans soucis.

Magma ; L'armature de "l'arbre" recouvert de colle.
Magma de profil.
  Le travail au pistolet à colle permet aussi de bien raccorder la figurine à son tronc. Le tout est d'essayer de la faire comme l'aurait fait la nature. De la colle part du tronc pour arriver sur une épaule, une jambe de la figurine. Comme un lierre pourrait le faire sur une statue ou un objet. Faites marcher votre imagination.


Green Flame "fondue" dans son arbre.
    Les reflets blancs sur la photo ci-dessous sont donnés par le mouchoir en papier lorsqu'il sèche, après avoir été passé au vernis-colle. Généralement le mouchoir devient translucide si la couche de papier était d'une à deux feuilles. Au dessus, il garde sa couleur blanche.

Les deux Dryades prêtes pour recevoir les premières couches de peinture.

Fatality et l'inconnue
  Ici c'est un peu plus compliqué car nous allons légèrement adapter les figurines pour les fondre à leur tronc respectif. On fabrique les deux troncs comme précédemment. Le fil de fer, le fil électrique et le pistolet à colle

Les socles sont prêts. Les figurines vont passer en chirurgie esthétique.

  L'inconnue passe chez le coiffeur pour une coupe sylvestre, mieux adaptée à la vie dans les bois. Les cheveux sont facilement enlevés car chez Héroclix, certaines pièces sont assemblées au lieu d'être sculptées dans la masse.

La perruque est une pièce assemblée à l'origine.
  Elle est ensuite rattachée à son tronc pour la finition et le fondu de la perruque. C'est lorsque nous passerons à l'étape de flocage que vous verrez le résultat alors que pour l'instant vous ne pouvez apercevoir que de la colle qui bave de partout sur des figurines collées à des morceaux de fils électrique translucides.

Madame l'inconnu sortant du tronc
Le détail du travail avec le pistolet à colle.

  Le cas de Fatality est le plus difficile car elle va devenir un socle-scénette comme j'aime en faire de temps en temps. Le socle raconte par lui même, une action ou un événement lors d'un combat. Ce qui explique que je dois la découper façon "serial-killer". Elle devra jaillir de l'arbre de façon agressive.

Me voilà avec 3 femmes sur les bras
  La découpe est faite pour faciliter le repositionnement de la figurine. Le bras est replacé dans l'axe du corps et le tronc de la figurine est tourné dans le sens d'irruption supposée du personnage. C'est de la réanimation de figurine avec un corps inanimé. Puissant le Ré-Animator. 

Et la jambe ! Et la jambe.
Les jambes sont donc bien noyées dans le tronc.

Un autre angle de vue des jambes

Le buste est replacé dans le bon angle.

Le profil qui nous permet d'observer le "fondu" avec le tronc.


Le "fondu" du dos.
  Lors que tout est sec. C'est à dire, quelques minutes plus tard. On peut passer à la suite. Une couche de film plastique en bombe pour uniformiser les matériaux. Et on passe le blanc.

Magma et Green flame.


Avec la sous couche blanc
Vue de dos
  Maintenant que vous avez une idée sur la façon de faire, je vous laisse à vos réflexions et on reprend cette affaire d'ici peu. Quel suspens insoutenable. Ok, c'est un artifice pour me donner le temps d'écrire la suite. Et comme j'ai pas eu le temps de le faire depuis quelques semaines, je vous livre ce début d'article, écrit fin Août. Astucieux non.

En parlant de serial killer, ce cas là explique peut-être
pourquoi les Clowns nous mettent souvent mal à l'aise.

__________________________________________

PALAEO DIET

  En guise d'apéritif, voici le début d'une conversion simple mais peu conventionnelle pour la règle de chasse au temps préhistoriques. Il me manquait une pièce maîtresse dans mon Zoo paléolithique. Un Rhinocéros Laineux !   Et bien, plus maintenant. Et il m'a couté "que dalle" en plus !

Un viking Foundry 28mm (à poils) pour la comparaison d'échelle avec mon nouveau copain.

Et déjà entrain de courser un chasseur !

   C'est en écrivant ces quelques lignes, que je viens de m'apercevoir que je n'ai toujours pas d'oiseaux géants, style "Terror bird" (comme disent les anglais). Va falloir que je me sorte les doigts (je ne vous dis pas de où, car je laisse votre esprit perfide prendre le relais) pour m'en procurer un ou deux.


___________________________________________

Portez vous bien les amis, car pas les temps qui courent, c'est le plus important.

Ch'ti Ré-Animator


Le Ré-Animator n'a déjà pas assez de temps pour assouvir sa passion pour le Hobby.
Et maintenant, ma fille se lance dans le foot ! Mes week-ends sont foutus !





1 commentaire:

  1. Salut Eric,
    Nous pensions avoir tout compris sur le genre qui Nous plaisait beaucoup sur la première photo... et après plus rien compris ! ;-)

    Fait tout de même gaffe... à découper des nanas dans les bois... avec la tête que t'as... tu va finir dans un mauvais polar avec ton pote John Wayne... pas l'cow-boy ! le clown ! :D :D :D
    Et t'identifier à un rhinocéros à la corne turgescente poursuivant un barbu tout nu... ça ne favorisera pas ta défense !
    Sinon bravo ! c'est original et encore une fois, réussi !

    RépondreSupprimer